Signataires de la Charte en France : 930


Toutes les chartes en France

Mayotte

Mayotte

Mayotte

Guadeloupe

Guadeloupe

Guadeloupe

Guadeloupe

Guadeloupe

Guadeloupe

Martinique

Réunion

Guadeloupe

Alsace

Corse

Corse

Ile-de-France

Haute-Normandie

Nord-Pas-de-Calais

Franche-Comté

Limousin

Basse-Normandie

Picardie

Lorraine

Champagne-Ardenne

Poitou-Charentes

Poitou-Charentes

Poitou-Charentes

Poitou-Charentes

Auvergne

Bretagne

Bretagne

Bretagne

Bretagne

Bretagne

Bretagne

Bretagne

Languedoc-Roussillon

Languedoc-Roussillon

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Bourgogne

Pays-de-la-Loire

Pays-de-la-Loire

Pays-de-la-Loire

Centre

Aquitaine

Aquitaine

Aquitaine

Rhône-Alpes

Rhône-Alpes

Midi-Pyrénées

Midi-Pyrénées

Midi-Pyrénées


Houppeville (76)

Dernière mise à jour de l'article : mercredi 31 octobre 2018

Houppeville, commune de Seine-Maritime située dans l’agglomération de Rouen, a fait l’objet, en 2015, d’un accompagnement technique de la Métropole Rouen Normandie et de la FREDON HN pour la mise en place d’un plan de gestion différenciée. Elle a été labellisée au niveau 3 de la charte d’entretien des espaces publics en 2017.

Département : 76 ;
Type de structure : Mairie ;
Taille de la commune : de 10 à 25 km² ;
Nombre d’habitants : de 2000 à 5000 hab. ;
Année d’engagement : 2015 ;
Niveau d’engagement : 3 ;
Niveau de labellisation : 3 ;
Technique - désherbage thermique :
Technique - désherbage mécanique ou manuel : Balayage ; Binette et arrachage manuel ;
Technique - préventif :
Autres techniques :
Outils de communication : Panneaux ;


[vert fonce]Enjeux[/vert fonce]

Aucun captage d’eau potable n’est présent sur le territoire. En revanche, une importante surface communale est concernée par le périmètre de protection éloignée des captages d’une commune voisine, Maromme, et par une Aire d’Alimentation de Captages (AAC).

[vert fonce]Objectif de l’engagement[/vert fonce]

Aucun témoignage pour le moment.

[vert fonce]Retour d’expérience[/vert fonce]

En « 0 phyto » depuis 2016, la commune a mis en place une gestion différenciée de ses espaces verts avec des fauches tardives sur certains sites et une diminution des fréquences de tonte sur d’autres.

Le cimetière est entretenu manuellement une fois par mois par les 2 agents de la commune et une plus grande tolérance à la végétation spontanée est favorisée.

La commune a remplacé les fleurs annuelles des massifs par des plantes vivaces et/ou à bulbes. Un prestataire intervient pour le balayage mécanique des voiries et fils d’eau.

Une communication a été mise en place pour faire accepter l’évolution des pratiques d’entretien aux habitants (panneaux d’entrée de ville, article sur site internet...).